Brazzaville abrite une rencontre des ministres des affaires de la CEEAC

Brazzaville : rencontre des ministres des affaires étrangères d’Afrique Centale pour évoquer la crise du Centrafrique

Les ministres des affaires étrangères d'Afrique centrale se sont rassemblés jeudi 2 mai 2013 à Brazzaville capitale du Congo, pour évoquer, à huis clos, la crise en Centrafrique où l'instabilité perdure. Pour mémoire la coalition de la Séléka a pris le pouvoir le dimanche 24 mars 2013.

Denis Sassou Nguesso, président de la république du Congo Brazzaville et par ailleurs médiateur dans la crise du Centrafrique n’a pas présidé cette première réunion régionale de suivi qui s'est déroulée au ministère des affaires étrangères.

Cette rencontre diplomatique doit se tenir sur deux jours. A souligné la présence des ministres des affaires étrangères du Centrafrique ainsi que du Gabon et du Tchad et du Rwanda mais également la présence du ministre de la défense du Tchad ainsi que le ministre de l’intérieur de la république démocratique du Congo.

Jacob Zuma président de la république d’Afrique du Sud avait répondu présent ou il était accompagné de son ministre des affaires étrangères ainsi que de deux autres ministres. Pour mémoire l'Afrique du sud avait déployé, dans le cadre d'un accord de défense aux contours obscurs, des soldats en Centrafrique pour défendre le régime du président François Bozizé. 14 soldats sud-africains avaient trouvé la mort dans des combats, le 23 mars 2013, contre les rebelles centrafricains à Bangui.

Il devrait être débattu  de l'accompagnement financier du Centrafrique, qui est l'un des plus pauvres de la planète malgré la richesse de son sous-sol  avec de l’uranium – coltan -diamants, or, pétrole... encore inexploitée. Le Centrafrique sollicite le déploiement de 2.000 soldats pour rétablir l'ordre. Le principe en semble acquis mais la mise en application apparaît plus difficile.

A plusieurs reprises, depuis sa prise de pouvoir en mars 2013 Michel Djotodia, président de la république du Centrafrique a appelé "tous" les partenaires du pays à se mobiliser, et en particulier l'Union européenne. Le président Djotodia avait déclaré "L'organe de transition en place n'a pas un sou dans sa caisse pour fonctionner", avait de son côté déclaré Idriss Déby Itno président de la république du Tchad, au sommet sur le Centrafrique d'avril 2013. "Il est urgent que les partenaires et les pays amis apportent leur contribution financière aux organes de la transition pour remplir sa mission". Michel Djotodia avait indiqué à la  fin avril 2013, de grandes difficultés économiques pour le Centrafrique. "Les caisses de l'état sont vides", avait-il martelé. Un sommet se déroulera le vendredi 3 mai 2013 ou prendra part Denis Sassou Nguesso médiateur de la crise du Centrafrique