Décès du général Mahamat Ali Abdallah Nassour

tchad-1.gifRouage incontournable dans la sphère du président Idriss Déby Itno, le  général Mahamat Ali Abdallah Nassour âgé de 54 ans est décédé à Paris, le mardi 12 mai 2015 en début de soirée où il était hospitalisé depuis près d’un mois. Il avait notamment suivi un traitement aux Etats-Unis.

Le général Mahamat Ali Abdallah Nassour, était président du conseil économique, social et culturel, homme politique et acteur des événements majeurs qui ont animé le parcours du Tchad depuis 1990. Mahamat Ali Abdallah Nassour était membre fondateur du mouvement patriotique du salut –MPS-, l’hégémonique parti présidentiel. Mahamat Ali Abdllah Nassour était de l’ethnie du président  Idris Déby Itno, les zaghawas. Pour mémoire le général Nassour, fut le financier de la rébellion conduite par  Idriss Déby Itno qui chassa en 1990 Hissène Habré.

Le general mahamat ali abdallah

Le général Mahamat Ali Abdallah Nassour

Le général  Mahamat Ali Abdallah Nassour a été secrétaire d’état aux relations extérieures, puis  de 1991 à 1992 est nommé chef d’état-major général des armées. De 1994 à 1999, il est nommé ambassadeur du Tchad en France. Nommé préfet en 1999, il enchaîne les ministères à compter de 2002 : sécurité publique et immigration, commerce, industrie et artisanat, mines et énergie ainsi qu’à la défense nationale. En 2008, au cours de la tentative de coup d’état conduite par la rébellion du Tchad et aidée par des éléments du Soudan, le général conduit la riposte avec ses hommes devant N’Djamena, capitale du Tchad en interdisant le palais présidentiel.

Son décès intervient un mois après la mise à l’écart du général Béchir Ali Haggar condamné à 15 années de travaux forcés dans l’affaire des supplétifs du régime de Hissène Habré. Ali Ahhgar,  un proche aussi d’Idriss Déby Itno, dont le nom n’est jamais pourtant apparu dans les témoignages des victimes, est "clairement la victime d’un règlement de compte politique au plus sommet de l’état", d’après un avocat des victimes. En l’absence de charges, le général a été condamné comme les bourreaux.

A N’Djamena on murmure dans certains réseaux d’influences,  "une ressemblance étonnante entre profils et destinées de ces deux généraux proches d’Idriss Déby Itno" ou l’hypothèse d’un empoisonnement du général Mahamat Ali Abdallah Nassour  est évoquée.

Toujours dans les cercles d’influences au Tchad on n’hésite pas à dire, "Le cercle des gens qui ont aidé Idriss Déby Itno à prendre et conforter le pouvoir, se réduit. Le pouvoir d'Idriss Déby Itno se rétracte totalement sur sa galaxie familiale".