Démenti de l'APRD

demafouth-jean-jacques-copie.jpgJean-Jacques Demafouth 

L'état-major de l’armée populaire pour la restauration de la démocratie -APRD- vient de démentir le gouvernement du Centrafrique sur l’accusation portée contre elle, au sujet d’une éventuelle complicité liée à la venue en Centrafrique de Baba Ladé, chef rebelle du Tchad. Cette arrivée serait "cautionnée par l'ancien chef de l'APRD, Jean-Jacques Demafouth, qui fût également le ministre de la défense sous le régime d'Ange Félix Patassé.

Selon un communiqué de l'APRD, le colonel Henri Abdel-NourTchebo Wafio, l’APRD souligne qu’il s’agit "d’une simple allégation et de la volonté manifeste du régime de Bangui de nuire à leur leader Jean-Jacques Demafouth".

Pour mémoire l'APRD avait désigné en avril 2008, Jean-Jacques Demafouth, comme représentant afin d'assister au dialogue politique inclusif qui s'est déroulé à Bangui. D'après l'APRD, Jean-Jacques Demafouth, ne connait pas Baba Laddé. De plus, en 2011, les hommes du rebelle Baba Laddé ont pris en otage 19 hommes de l'APRD. 

Arrêté le vendredi 6 janvier 2012 à Bangui, Jean-Jacques Demafouth se trouve toujours derrirèe les barreaux de la prison de la section de recherche et d'investigation -SRI-ou il est accusé "d'atteinte à la sureté intérieure de l'état". Les relations entre l'actuel chef de l'état François Bozizé, et Jean-Jacques Demafouth ont souvent été tumultueuses.