Le président Jacob Zuma annonce le retrait des militaires sud-africains déployés à Bangui

afriquedusud-3.gifAlors que Jacob Zuma, président de l’Afrique du Sud avait déployé des soldats pour venir en aide à François Bozizé a décidé suite au sommet qui s’est déroulé à N’Djamena capitale du Tchad le 3 avril 2013 de procéder au retrait de ces soldats en indiqué que l’accord entériné en 2007 entre le Centrafrique et l’Afrique du Sud était caduque depuis le chute en date du dimanche 24 mars 2013 du président Bozizé.

Le président Zuma a déclaré "Notre mission était d'aider à l'entraînement des soldats. Depuis le coup d'état et la prise du pouvoir par les rebelles de la Séléka, il était clair que le gouvernement n'était plus en place. Pour mémoire 13 soldats sud-africains ont été tués lors de la prise de Bangui. La présence de militaires sud-africains avait étonné mais des liens étroits existent entre les deux états avec les projets d’affaires dans le secteur diamantifère avec le Chancellor House, une holding ayant des ramifications avec l’ANC parti politique du président Jacob Zuma. De plus on évoque en coulisse des accords passés entre François Bozizé et Jacob Zuma dans les domaines pétroliers et aurifères.

Pour sa part le président Idriss Déby Itno avait également annoncé au terme du sommet "le retrait effectif des militaires mis à la disposition par l’Afrique du Sud mais ceux-ci restent à la disposition sur demande de la CEEAC en cas d’intervention".

C’est accompagné de Nosiviwe Mapisa-Nqakula, ministre de la défense, du ministre de la sécurité d’état et du ministre des relations internationales et de la coopération que le président Jacob Zuma a participé aux discussions sur la crise du Centrafrique à N’Djamena. 

I.C