Opération Sangaris : Destruction de munition selon l'EMA

L'état marjor des armées de la France - EMA -  annonce que le 10 février 2014, la force Sangaris a détruit plus de 750 Kg de munitions saisies lors des actions de désarmement des groupes armés et à l’occasion de la découverte de caches d’armes. Très tôt dans la matinée, les experts en explosif et déminage -MINEX- de la force Sangaris se sont déployés à 10km au Nord de Bangui afin de détruire une partie des munitions saisies lors des différentes missions de désarmement et de fouilles réalisées depuis le début de l’opération Sangaris. Appuyée d’une section armée par le 35e régiment d’artillerie parachutiste 35eRAP dont la mission était de former une bulle de sécurité autour de la zone de destruction et de prévenir les populations environnantes, les sapeurs du 17erégiment du génie parachutistes 17e RGP ont pu neutraliser en toute sécurité les 750 kilos de matière active par la technique dite "du fourneau".

Ces munitions -obus de mortier, roquettes, grenades, mines et cartouches d’arme automatique- ont été saisies auprès de groupes armés ne respectant pas les mesures de confiance, trouvées à l’occasion de la découverte de caches d’armes, ou tout simplement de munitions abandonnées après utilisation mais non explosées -UXO-. C’est par mesure de sécurité que ces munitions ont été détruites, les conditions antérieures de stockage et de manipulation n’offrant pas les garanties nécessaires pour une conservation dans un dépôt ou pour leur ré-utilisation. Ce sont 1 600 militaires français qui sont actuellement déployés dans le cadre de l’opération Sangaris, aux côtés des 6 000 hommes de la MISCA.