Reprise du programme du DDR selon l'ONU

Le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion -DDR- des anciens combattants des groupes armés, basés dans le nord-est du Centafrique, débutera avant le 14 juillet 2012, notamment avec  les promesses de financement des partenaires, a déclaré Mme Margaret Vogt, représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies

Le gouvernement de l'Australie a promis de mettre à la disposition du Centrafrique, un montant de 200 000 dollars   soit environ 90 millions Fcfa afin d'aider le programme DDR, d'après  la représentante de l’ONU. Egalement, "l’Union européenne et la banque mondiale vont bientôt annoncer leur soutien financier en Centrafrique pour la reprise des activités du DDR "», a-t-elle souligné. 

Plusieurs partenaires et bailleurs de fonds ont fait des promesses pour appuyer le programme DDR en Centrafrique, le 29 mai 2012 à New York lors de la présentation du rapport du secrétaire général de l’ONU sur la situation en Centrafrique et les activités du bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix. La mobilisation de ces ressources devrait permettre de relancer le processus dans le nord-est du Centrafrique d'après Mme Margaret Vogt.

D'autre part elle a fait savoir que la reprise des activités sera précédée d’une sensibilisation auprès des communautés et des groupes armés, notamment la convention des patriotes pour la justice et la paix -CPJP- et l’union des forces démocratique pour le rassemblement -UFDR- qui attendent le DDR depuis la signature de l’accord de cessez-le feu d’octobre 2011.

Concernant la menace de la CPJP de reprendre les armes pour dénoncer la lenteur enregistrée dans le programme DDR, Margaret Vogt a précisé  qu’Abdoulaye Isseine, chef de ce groupe armé, est déjà présent à Bangui pour discuter avec les autorités politiques de l’accord de paix global de paix de Libreville signé en 2008 entre le gouvernement centrafricains et les fraction rebelles.

Margaret Vogt a souligné "La relance de la rébellion n’est pas quelque chose qui peut être gérée facilement sur la table. C’est un crime contre la loi internationale. La communauté internationale a reconnu la patience de ce groupe armé, mais ne peut pas encourager la reprise des armes. Sur les 5 groupes armés concernés par le programme de DDR, seul l’armée populaire pour la restauration de la démocratie -APRD- a pu parachever le processus avec la démobilisation de ses quelques 5 000 hommes suivi de la dissolution du groupe le 17 mai 2012