Le FMI décaisse 7,63 millions de dollars au titre de la facilité du crédit rapide

Le fonds monétaire international -FMI- a annoncé, le 20 mars 2015 dans un communiqué, avoir décaissé 7,63 millions de dollars au titre de la facilité de crédit rapide -FCR-  en faveur du Centrafrique.

Ce financement est destiné à appuyer le programme d’urgence de redressement économique des autorités de transition dans ce pays déchiré par des violences confessionnelles depuis deux ans. Il aidera le Centrafrique à poursuivre la mise en œuvre d’un ensemble de mesures et de politiques économiques et structurelles destinées à rétablir la stabilité macroéconomique, à assurer le rééquilibrage des finances publiques et à renforcer les capacités des pouvoirs publics. Le décaissement devrait avoir un rôle de catalyse en mobilisant d’autres concours des partenaires techniques et financiers du Centrafrique.

"Dans une conjoncture très difficile, la riposte budgétaire des autorités centrafricaines en 2014 a été globalement adaptée. Les recettes ayant été inférieures aux objectifs en raison de plusieurs facteurs, dont la stagnation de l’économie, les autorités ont, à juste titre, maîtrisé les dépenses non prioritaires pour éviter de perturber davantage la stabilité macroéconomique et de créer d’autres besoins de financement", souligne le FMI dans son communiqué.

Le Centrafrique a basculé depuis dans le chaos dans le sillage du renversement, en mars 2013, du régime de François Bozizé par la coalition rebelle à dominante musulmane, la Séléka. Les exactions perpétrées durant des mois par les combattants de la Séléka contre la population majoritairement chrétienne, ont abouti à la formation de milices d'autodéfense dites anti-balaka, déclenchant un cycle infernal de violences interconfessionnelles. Plusieurs accords de paix signées entre les deux parties l’an passé n’ont pas empêché les affrontements et les violences inter-communautaires de se poursuivre.

La FCR est un mode de financement mis en place par le FMI pour apporter un appui financier rapide sous forme d’un décaissement unique immédiat, aux pays à faible revenu aux prises avec des besoins de financement urgents.