Centrafrique : pour un président loyal et démocratique en 2014

Pour un président loyal et démocratique en 2014 : La RCA aura-t-elle besoin de faire recours à un examen de conscience ?

Et voilà en 2014:

  • Pour que la paix revienne là où les malheureux font de massacres ;
  • Pour que les centrafricains et centrafricaines aient une vie harmonieuse et paisible ;
  • Pour que les femmes cessent de pleurer et les Hommes cessent de mourir ;
  • Pour qu’un jour on ne pense plus aux coups d’Etat devenus comme coutume et héritage au sein notre pays ;
  • Pour que la démocratie et le respect de Droit des Hommes règnent en république centrafricaine ;
  • Pour que la sécurité, la santé, l’abondance alimentaire et l’éducation reviennent en RCA.

De ce fait, je présente mes suggestions comme suite au gouvernement de transition chargé de l’organisation de l’élection présidentielle 2014, de solliciter aux candidats de :

  • Faire preuve de "dignité morale", sans que cette notion soit précisément définie ;
  • Avoir au moins un ou des patrimoines (société, entreprise, villa, etc.) en RCA comme quoi, qui prouve leurs ambitions politiques et leur amour au développement de la République;
  • Avoir obligatoirement un compte bancaire comme quoi qui prouve son innocence aux profits des biens de la république pour s’enrichir et sa famille ;
  • Avoir fini au moins ces études supérieures (Master au minimum ou Doctorat en maximum) enfin de déterminer son niveau d’analyse et de réflexion ;
  • Avoir accepté de recruter dans son gouvernement 50 % de jeunes diplômés. Car qui dit jeune, dit style ;
  • Avoir conscience qu’il sera choisi par le peuple et non sa propre famille enfin d’accepter tout le monde sans distinction dans son gouvernement ;
  • Avoir accepté de faire un pacte avec peuple dans le cas où le respect de serment sera violé.

Et pour le peuple, il faudra :

  • Qu’il soit mature, vigilant et non matérialiste ;
  • Qu’il s’impose en matière de son droit et devoir ;
  • Qu’il soit uni et patriotique dans la prise des décisions ;
  • Qu’il oubli le tribalisme, l’ethnicité enfin de juger qu’il est bon d’être compatriote ;
  • Qu’il ne soit pas mystifié par les paroles trompeuses des candidats ;
  • Qu’il ait la capacité de choisir non pour un intérêt d’un groupe de personnes mais pour l’intérêt au développement Du pays et de tout le monde,
  • Qu’il sache qu’il aura toujours droit de réclamer la démission d’un président lorsque celui ou celle-ci violera les normalités de serment.

En respectant ces conditions, centrafricains et centrafricaines, pères, mères et enfants de ce pays, les catastrophes et les malheurs que notre propre histoire nous fait comprendre, ne se reproduiront jamais que si ensemble, impliquant ces conditions pour le déroulement et le choix de prochain président de la république dans un climat de la transparence et la maturité de peuple avec un consensus respecté et loyal.

Vive la république Centrafricaine ! Vive le développement !

Ngondjo Toukam Ismaël louis Fernandez

Etudiant en psychiatrie à Fès au Royaume du Maroc

N’hésitez pas à réagir