Une colère assourdissante

 Une colère assourdissante...

La grogne monte en raison des arrières de salaires impayés dans la majorité des administrations du Centrafrique.  Lundi 30 janvier 2012, les veuves et orphelins ainsi que les retraités de la caisse nationale de sécurité sociale – CNSS – ont massivement manifesté pour dénoncer le non payement de leurs pensions.

Des manifestants ont encerclé l’avenue Barthélémy Boganda avant d’être chassés par les services de police, tandis que d’autres ont débarqué dans les bureaux de la CNSS.

Selon plusieurs sources concordantes, le payement a été bloqué durant 48 h suite à un décret présidentiel suspendant l’ensemble des conseils d’administration des agences, offices et sociétés de l’état du Centrafrique.Suite à la rencontre entre le directeur général de la CNSS et le collectif des retraités, un accord de principe a été adopté.

Une autre grogne sociale concerne les personnels des postes et télécommunications qui observent un 3e jour de grève. Ils exigent du gouvernement du Centrafrique le versement total des 67 mois d’arriérés de salaire et la signature d’un accord d’établissement sur leurs gains.

Encore une autre colère sociale ! Celle du personnel de la mairie de Bambari exigeant le payement de leurs arriérés de salaire. Les locaux de la mairie ont été fermés afin que le public ne puisse pas y accéder.

Selon des sources concordantes en provenance du Centrafrique et de Paris, une éminente autorité de la place de Bangui a demandé  il y a plus d'un mois à plusieurs de ses relations à Paris de trouver le moyen de lever entre 30 et  35 millions d’euros afin de régler les fonctionnaires du Centrafrique. Affaire à suivre….