Communiqués du MRDP et du MLCJ

Communiqué du MRDP

Après avoir constaté avec indignation le déroulement des travaux du forum de Bangui qui s’est tenu du 4 au 11 mai 2015, nous, membre du mouvement pour la refondation démocratique et le progrès – MRDP -, venons par cette présente marquer notre désapprobation des résultats dudit forum, tenons à témoin tant la communauté nationale et internationale des conséquences qui peuvent y découlées et considérons Catherine Samba-Panza, présidente de la transition et son gouvernement comme seuls responsables de ces probables conséquences.

En effet, depuis le début de la crise en république centrafricaine  qui remonte à décembre 2013, le MRDP a toujours milité pour un retour rapide de la paix et de la concorde nationale sur toute l’étendue du territoire. Mais, hélas la présidente de la transition et son gouvernement n’ont rien fait pour restaurer l’autorité de l’état, ramener la paix sur toute l’étendue du territoire, travailler pour le retour des exilés et déplacés etc. (missions telles quelles définies par la feuille de route).

Enfin de compte celle-ci s’est révélée comme une transition dénuée de vision politique, animée par une ambition effrénée de détournements des deniers publics et d’enrichissement personnel, de corruption à grande échelle, d’arrogance et le clanisme. Celle-ci a failli à tous les niveaux et à, par la même occasion, révélée à la communauté internationale (qui nous porte à bout de bras depuis plusieurs années) notre incapacité à se ressembler et s’entendre pour la refondation de notre état-nation.

Nous avons pensés à tort que le forum de Bangui sera une occasion où les centrafricains se rencontrent, se parlent et se pardonnent (c’est-à dire de faire le diagnostic de la crise actuelle), font des recommandations pour l’établissement d’un nouveau contrat social capable de ramener la sécurité, le concorde civile et la paix sur toute l’étendue du territoire, adoptent un mode d’administration efficient et viable, adoptent un mode de relance économique, de stratégies de retour des déplacés et de rapatriement des exilés, de stratégies d’assistance aux victimes de la crise etc.. Mais, dommage Catherine Samba-Panza et son gouvernement nous ont présenté un forum taillé sur mesure où plutôt un Forum de rencontres et d’alliances politiques (des partis politiques et des politico-militaires) où les profiteurs et les éternels fossoyeurs de la démocratie et de la république s’allient afin de parvenir au maintien d’une personne incompétente –CSP- à la tête d’une transition sans fin. Pour atteindre cet objectif, celle-ci, en tant qu’experte en manipulations et d’adoptions des mesures dilatoires, avait placés les hommes/femmes qui peuvent servir sa besogne et les collabos (dont elle avait acheté la conscience à coups de billets de banques) à tous les niveaux d’organisation et d’encadrement du forum. Ce qui n’est rien d’autre qu’un véritable coup de force (hold-up) contre la volonté du peuple centrafricain afin de réaliser un positionnement politique des uns à la solde du système CSP dont une partie des non-membres du system sont totalement mis hors-circuit. Ce jeu de positionnement, s’il fait les affaires de certaines personnes bien moulées dans l’environnement de la présidente de transition, est loin de ramener la paix et concorde nationale aux centrafricains.

Ainsi, nous, membres du MRDP, réunis ce jour, estimons que :

-Face aux scandales de détournement des deniers publics et aux records d’enrichissement ahurissant de Mme le  chef de transition et de son gouvernement et de leurs proches parents,

-Face à la volonté effrénée de CSP de s’éterniser au pouvoir axé sur une gestion opaque, clanique et familiale,

-Face à l’absence de consensus dans les prises de décision (alors que la Charte de transition consacre ce principe de gestion consensuelle) et l’exclusion politique,

-Face à l’impossibilité d’organiser des élections dans les délais initialement fixé,

-Face au fait que les déplacés/exilés vivent dans le déni d’humanisme, souffrent de faims et de misères pendant que le gouvernement brille par l’arrogance et l’indifférence totale,

-Face au fait que nos enfants / nos cadets sont abusés sexuellement sans que le gouvernement n’en condamne d’une manière la plus ferme.

Considérant que tous ces ingrédients risquent de mettre à mal destin de la république centrafricaine toute entière, pour ce faire nous avons décidés souverainement de prendre nos responsabilités. Par conséquent, nous demandons à toutes forces combattantes ou non-combattantes, à toutes les forces vives de la nation (partis politiques, organisations/ associations politiques et/ou sociales) et à toutes les organisations religieuses ou caritatives de se joindre à nous afin de déterminer une forme de gouvernance inclusive pouvant permettre d’exiger le départ pur et simple de Catherine Samba-Panza et d’exercer le pouvoir qui permettra d’apaiser le pays et de conduire sereinement aux élections.

Pour ce faire, nous mettons en garde les actuelles autorités centrafricaines de la transition des risques sécuritaires que peuvent découler de la politique discriminatoire et des jeux d’intérêts égoïstes entachés derrière ce forum de Bangui. Le peuple centrafricain avili et manipulé sera le seul juge le moment venu prendra ses responsabilités.

Kabo le 13 mai 2015

Karel Alwadabi Malam-  coordonnateur général du MRDP

Communiqué du MLCJ

Le MLCJ -mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice-, signataire de l’accord de Brazzaville du 23 juillet 2014, constate avec regret et amertume le manque de volonté politique de Catherine Samba-Panza et de son gouvernement à résoudre la crise Centrafricaine par la tenue d’un forum inclusif comme a souhaité la population civile centrafricaine, les groupes armés ainsi que la communauté internationale et La France.

Le MLCJ a constaté de nombreux dérapages et irrégularité ces derniers jours dans le déroulement de ce forum national, l’arrestation arbitraire de certains hommes politiques centrafricains, le dysfonctionnement, l’absence de la motivation et le bilan néfaste de soi-disant forum national qui n’a accouché rien de particulier à part la répartition des postes, distribution des primes et l’arrestation arbitraire à Bangui de certains hommes politiques. Le MLCJ considère comme un fiasco total ce forum national taillé sur mesure dans le seul but est de regrouper les pauvres et immatures hommes politiques centrafricains afin de proroger la transition de Samba-Panza et son gouvernement.

Madame Catherine Samba-Panza reste raide et sourde aux nombreux conseils de ses compatriotes, du Médiateur de la crise Centrafricaine en la personne de son Excellence, Monsieur Dénis Sassou-Nguesso, président de la république du Congo et du président en exercice du CEAC, son Excellence Idriss Déby Itno, président de la république du Tchad.

C’est dans cette optique que le MLCJ crie haut et très fort qu’il ne se reconnait pas dans cet accord de DDR signé lors de ce forum exclusif à Bangui et ne participera pas au programme de désarmement car il n’est signataire d’aucun document au cours de ce forum.

Le MLCJ ne reconnait plus et remet en question la légitimité de cette transition car le délai normal de cette transition est dépassé selon les accords de Libreville.

Par ailleurs, le MLCJ réaffirme son ferme attachement à la sécurité, à la stabilité, la paix, à la démocratie et au respect de droit de l’homme. Cependant il ne se retrouve pas dans la conclusion de ce forum du moins tous accords sortis de ce forum et refuse catégoriquement à ce que ses éléments soient désarmés dû au fait à la non-participation de MLCJ au forum et la non prise en compte de ses préoccupations avant le forum national du 4 mai au 11 mai 2015 à Bangui.

Le MLCJ par la voix de son président Abakar Sabone tient à prendre à témoin l’opinion nationale et internationale des conséquences des actes ignobles posés par Samba et son gouvernement d’une dictature camouflée dirigée de loin par l’homme de l’ombre Jean-Jacques Demafouth qui pourront entraver dans les jours à venir une hostilité de grande envergure. Les centrafricains ont souhaité trouvé une solution définitive à travers ce forum pour une paix durable qui est gage d’un avenir prospère mais dommage le retour à la case du départ semble imminent.

 Le monde entier sera témoin

 Fait à Kabo le 14 mai 2015  Abakar Sabone, président du MLCJ

 Sabone