Séléka : en attendant la charia, le pire est déjà là

Séléka : en attendant la charia, le pire est déjà là

par Michel Soupou 

Scène surréaliste, le samedi 13 avril 2013 à Bangui. Nous sommes en plein début des exécutions sommaires et des massacres d’Ouango, mais surtout du pogrom de Boy-Rabé.

Nicolas Tiangaye demande à voir Michel Djotodia. Le chef rebelle, qui vient de faire un triomphe au Conseil National de Transition, le reçoit. Comme à son habitude, l’homme a les paupières mi-closes et un sourire mécanique sur les lèvres.

Nicolas Tiangaye, tout onctueux, se lance : "Monsieur le Président, je voudrais être le premier à vous adresser mes plus sincères félicitations pour votre brillante élection à la présidence de la République. Une nouvelle page s’ouvre aujourd’hui pour notre pays. Les institutions de la transition doivent être fortes et crédibles. C’est pourquoi je me permets de venir vous soumettre très respectueusement la candidature de Monsieur Patrick Dejean à la présidence du Conseil National de Transition. Nous aurons besoin du soutien de la communauté internationale. Or, Patrick Dejean est bien vu par les français etc."

Dès la sortie du premier ministre, Michel Djotodia fait venir Alexandre Nguendet et s’esclaffe : "Boubazo so là a aga ti ba mbi si lo ké goué so. Lo ga ti tènè i fo a voté zo ti ndji Patrick Dejean so na li ti CNT. Mo ma tènè a wé? I ba passi ngbii ti téné a zo ti ndji so a kiri a ga ti tèè? Za a bouba zo a fatigue tèrè ti ala. Goué mo continué campagne ti mo fadé fadé so. Akè élire mo kékéréké".

Traduction littérale qui ne vaut pas celle du distingué linguiste Dicki Kidiri : "Je viens de recevoir le connard-là (Nicolas Tiangaye), venu présenter et soutenir la candidature de ce truand de Patrick Dejean à la présidence de la CNT. Tu te rends compte ? C’est comme si nous avions enduré toutes ces souffrances pour laisser ces gens continuer de se gaver. Vas continuer ta campagne. Demain, les choses seront réglées…".

Et pour être réglées, elles le seront plutôt promptement. D’ailleurs, c’est ce que je vous annonçais dès le 1er avril 2013. En effet, Alexandre Nguendet, de confession musulmane en dépit de son prénom chrétien, exactement comme Djotodia, est porté à la présidence du CNT par ce "parlement croupion"’.

Je vous annonçais également la nomination d’Abdallah Kadr au poste de ministre du Plan. Ca été fait. Nguendet et Kadr sont en effet les deux vrais proches parmi les proches de Djotodia. Et pour faire bonne mesure, Kadr a fait revenir dare-dare son propre frère puiné, Mahamat Kamoun de Washington pour devenir ministre directeur de cabinet de Djotodia. Comme ça, la boucle est bouclée ? Que nenni ! Vous avez aimé le duo Bozizé/Ndoutingaye ? Vous adorerez le tandem Djotodia/ Djono Abba.

En effet, le chef rebelle au pouvoir s’est dépêché de faire exactement comme Bozizé, en nommant son propre neveu au poste si lucratif de ministre du Pétrole, des Mines etc… Lequel Djono Aba a insisté pour que sa dulcinée Gina Sanzé, ci-devant vice-présidente de l’assemblée sous Bozizé et partie se mettre à l’abri en France au moment du coup d’état, revienne à Bangui pour entrer au CNT. Vous avez dit changement ?

Aux dernières nouvelles, Nguendet a réussi à imposer un autre arome maggi, Léa Doumta à la vice-présidence du CNT. Elle l’avait aidé à préparer la première marche de soutien au maître Djotodia.

Le CNT est ainsi bien verrouillé, tant il regorge de parents et autres bizarreries : trois frères Sonny, les frères Lakoué, les époux Ngbodo, toute la racaille de tous les différents régimes (Papienah, Gonda, Gomina Pampali etc…).

TIANGAYE HUMILIE

Mais pourquoi vous ai-je raconté la scène d’humiliation de celui qui se croit premier ministre, scène à priori totalement insignifiante au regard de l’horreur absolue que vivent mes compatriotes de Bangui et de la République centrafricaine tout entière en ce samedi noir, ce ‘’bloody sat’’ comme disent les anglo-saxons? Pour deux raisons.

La première, c’est que si par hasard il l’ignorait ou faisait semblant de l’ignorer, Nicolas Tiangaye sait désormais en quelle très haute estime le tient le chef rebelle. Il n’est qu’un simple Boubazo. C’est à peu de choses près le même sentiment qu’éprouvait un certain François Bozizé à l’endroit d’Abel Goumba en 2003. Cette posture avilissante rend d’autant plus insupportable la complicité de l’ancien avocat dans les atrocités commises par Séléka et ses soudards tchadiens et soudanais. Tiangaye devrait savoir que Djotodia et ses sbires finiront à la CPI. Et que lui sera très certainement poursuivi pour complicité.

La deuxième raison, je l’écrivais en titre de ma précédente tribune, il y’a quelques jours: "Séléka, le pire est à venir". C’était avant les massacres de Bangui. Chers compatriotes, le pire est déjà là. Et pourtant, nous n’avons encore rien vu.

En exagérant à peine dans le tragique, je dirais que ce n’est qu’un hors d’œuvre. Les exécutions sommaires de Boy-Rabé, les massacres à grande échelle d’Ouango (combien de cadavres d’hommes égorgés coincés entre les rochers des rapides derrière l’hôtel Oubangui ? Combien d’hommes, de femmes et d’enfants mitraillés à bout portant à Landjia et à Mboko ? Combien ?), ce génocide froidement préparé à Ndjamena et exécuté à Bangui n’en est malheureusement qu’à ces débuts.

C’est cruel de le dire, mais c’est ainsi. Et ne nous y trompons pas, nous sommes seuls et désarmés, nos femmes sont seules, nos enfants sont seuls devant cette horde de criminels et de terroristes assoiffés de sang et de chair fraîche. Vous avez entendu une seule organisation internationale dénoncer l’enrôlement d’enfants soldats dans les rangs de Séléka ? Silence radio. Et même lorsque les soldats Sud- africains ont affirmé avoir combattu et tué ces enfants-soldats, qui a protesté ? Thomas Lubanga n’est–il pas inculpé devant la CPI pour entre autres chefs d’accusation l’enrôlement d’enfants soldats ? En Centrafrique, alors que les preuves sont suffisamment établies, on se contente de molles protestations de l’Unicef et des recommandations à l’encontre de Séléka.

ET MAINTENANT PLACE A BOKO ARAM

Hier, un compatriote me faisait me remarquer au téléphone le subtil infléchissement de la position de la France dans cette crise, à travers un communiqué du Quai d’Orsay en date du 15 avril 2013, communiqué rédigé dans une magnifique langue de bois dont on fait les cercueils.

Détrompe-toi, mon cher compatriote. Ce ne sont ni les dizaines de morts de Bangui, ni les destructions et les pillages, ni les viols à grande échelle de nos filles, de nos femmes et de nos mères  qui peuvent faire varier la France de sa position minimaliste. Elle voulait renverser Bozizé par Idriss Déby Itno interposé. Elle a réussi son coup.

Ce qu’elle n’avait pas prévu et qui est à l’origine de son actuel louvoiement, c’est que des informations crédibles montrent aujourd’hui que des éléments de la secte fondamentaliste Boko Aram s’apprêtent à fondre sur le nord de la RCA. Mieux ou pire c’est selon, plusieurs dizaines de djihadjistes chassés du Mali tentent de trouver refuge en Centrafrique. Mais surtout, les ravisseurs des 7 Français enlevés dans le nord du Cameroun comptent bien transférer leurs otages dans le nord plus hospitalier de la Centrafrique. D’où le brusque raidissement de Paris.

LE CALICE DE NOTRE SANG

Les bandits à la tête de notre pays n’auront consommé leur forfait que lorsque nous aurons bu le calice de notre propre sang jusqu’à la lie. Ils ne seront satisfaits que lorsqu’ils nous auront imposé la charia comme loi fondamentale. En effet, Djotodia l’écrit noir sur blanc le 12 avril 2012 à l’Organisation de la conférence islamique à Djeddah en Arabie Saoudite, je cite: "(…) En Centrafrique, les musulmans sont chaque jour insultés et méprisés. Ils n’ont ni acte de naissance, ni carte d’identité ni passeport. On les considère comme des étrangers (…). Si Dieu le veut et que nous arrivons à Bangui, nous allons mettre en place un régime islamique appliquant la charia. Même si nous ne réussissons pas à chasser Bozizé nous allons transformer une partie de la Centrafrique, du Tchad et le Darfour en une République islamique (…)"

Cette lettre hallucinante dont personne ne conteste l’authenticité, surtout pas son signataire, tous les chefs d’état de la sous-région, en particulier Denis Sassou Nguesso,  l’ont en leur possession. Les services secrets français en ont reçu une copie depuis plusieurs mois. Qui s’est levé pour empêcher cette horde de bandits de fondre sur Bangui pour commettre aujourd’hui la pire des atrocités ? Personne! Notre classe politique, si je peux utiliser cet euphémisme, le sait aussi mais elle est plus préoccupée par les postes au gouvernement et au CNT.

Chers compatriotes, nous ne pourrons compter que sur nous-mêmes et sur ces quelques jeunes courageux patriotes qui se lèvent de plus en plus nombreux, dans les quartiers de Bangui, pour rejoindre la résistance. Le mouvement est encore diffus et manque d’organisation. C’est le rôle de celles et de ceux qui veulent et doivent sauver notre pays de soutenir cette fève non corrompue de notre tissu national.

LE ROI DEBY

Ce jeudi 18 avril 2013, les chefs d’Etat de la CEMAC (car il est abusif de parler de la CEEAC) répondent, comme des élèves, le petit doigt sur la couture du pantalon, à une nouvelle convocation du nouveau maître de l’Afrique centrale et de l’ouest. Paul Biya, furieux de l’arrivée d’un régime musulman à sa frontière Nord est, est convaincu que la France et le Tchad ont un agenda caché qui consiste à déstabiliser son régime, lequel a déjà maille à partir avec les musulmans haoussas du nord Cameroun.

Or, si Denis Sassou Nguesso consent à faire le déplacement de N’djamena presque sans état d’âme, il est établi que Paul Biya et Theodoro Obiang Nguema supportent de plus en plus mal ‘’la propension de ce petit Deby qui, soutenu par la France, croit être devenu le sage de l’Afrique centrale’’, propos entendus à Yaoundé. Biya attend, semble-t-il, de pied ferme ceux qui viendront lui  demander des explications. D’où la grande liberté d’expression dont jouit Bozizé, installé dans la même suite qu’ Ange-Félix Patassé il y a dix ans et qui ne semble plus pressé de quitter le pays.

En attendant, Ndjamena mérite plus que jamais sa nouvelle appellation de "capitale de l’Oubangui-Chari". Idriss Déby Itno ne cache d’ailleurs plus sa morgue de régner en pacha sur le pays de Boganda. Il affiche désormais son dédain et son profond mépris pour ses sujets oubanguiens.

Il n’y a qu’à l’écouter sur TV5 –RFI et avant même ledit sommet de ce jour, dérouler sa propre feuille de route pour la transition dans le pays qu’il a vassalisé, ce que son propre compatriote Saleh Kebzabo désigne à Ndjamena (pour le regretter) comme la 24e région du Tchad. Voici la tirade d’Idriss Déby "La République centrafricaine n’a pas d’armée, pas de police, pas de gendarmerie,  pas d’administration…". Rigoureusement exact !  Mais au lieu de réfléchir à tout cela et proposer des solutions salvatrices à Ndjaména, c’est plutôt  la folie qui s’empare de toute cette soi-disant classe politique à Bangui. On se bat, on s’insulte, ‘’tu me connais ?’’ Tout cela pour aller jouer aux figurants et hocher mille fois la tête devant le roi de l’Afrique Centrale.

BIENTOT LA NUIT DES LONGS COUTEAUX

Un ministre ouest-africain rencontré à Bruxelles me raconte, l’air navré, cette scène vécue lors du dernier sommet de la CEN-SAD à Ndjamena : "Tous les chefs d’état présents ont successivement pris la parole. Lorsqu’arrive le tour de François Bozizé, le président tchadien l’ignore superbement. Bozizé lève la main et agite les feuillets de son discours. On lui coupe le micro. Bozizé tempête à haute voix. Déby consent enfin à se tourner vers son ancien ami et à lui donner la parole. "Comme Bozizé veut absolument parler lui aussi, qu’il parle alors". Enorme gêne et sourires en coin autour de la table. On a tous compris que le sort du président centrafricain était scellé".

Idriss Déby Itno est comme ça. La puissance lui est montée à la tête. Il n’aime pas Djotodia et regrette le mauvais agencement de la descente sur Bangui des fous sanguinaires de Séléka. En effet, il aurait aimé que ce soit son compatriote Nouredine Adam qui remplace. Au demeurant, le climat entre Djotodia et Nouredine est si malsain que ce dernier a inventé un déplacement express à Bouar afin de ne pas assister au sacre du président autoproclamé. Tout porte à croire que ces deux brigands sortiront bientôt les canons pour s’éventrer.

ZIGUELE SERA COCU

Trois jours après le carnage de Bangui, tout cela peut paraître dérisoire ? Pas tant que ça ! Les calculs politiques de Martin Ziguélé sont fondamentalement criminels. Le président du MLPC, à l’exemple de la majorité aujourd’hui de la classe politique centrafricaine, est tétanisée de peur devant Djotodjia. Mais lui fait le pari suivant : "Quelques soient les dégâts commis par Séléka, le MLPC gagnera les prochaines élections. Autant ménager celui qui nous a débarrassés de Bozizé". Ce scénario, aussi funeste qu’il soit, Ziguélé a réussi à le vendre à Denis Sassou Nguesso (qui compte sur cette victoire pour reprendre la main en Centrafrique) mais également au parti socialiste français et surtout à Laurent Fabius.

Questions à Martin Ziguélé : "D’ici votre hypothétique arrivée au pouvoir dans 18 mois ou deux ans, combien d’hectolitres de sang de vos compatriotes doivent encore couler pour satisfaire votre ambition présidentielle? Avez-vous oublié que vous étiez déjà premier ministre d’Ange-Félix Patassé quand les troupes banyamuléngués ont commis d’autres atrocités à Bangui ?".

Michel SOUPOU   

18 avril 2013